Coronavirus : écoles fermées, travailleurs obligés de rester à la maison…. Quels congés ?

Publié le 17 Mars 2020

Travail

Les écoles sont fermées. Beaucoup de parents doivent rester à la maison pour garder leurs enfants. Certains peuvent télétravailler, d’autres pas.

Ces parents travailleurs peuvent alors prendre congé. 

Petit récapitulatif des différents congés possibles

  • Les congés légaux : ce sont les congés payés classiques. 20 jours par an minimum pour les travailleurs à temps plein. 

    Le travailleur y a droit, s’il a travaillé l’année passée. Il doit juste déterminer les dates avec son employeur. 
    Pour plus d’informations, voyez notre rubrique.
     
  • Les congés sans solde : non rémunérés, et à négocier avec l’employeur.  

    Ce n’est pas un droit du travailleur : l’employeur peut refuser. 
    Attention, pendant ces congés, le travailleur ne cotise pas. Si la période de congés sans solde se prolonge, le travailleur pourrait perdre certains droits sociaux. 

    ​Par exemple : 
    • ses jours de congés de l’année prochaine ; 
    • son droit au chômage ; 
    • son droit aux indemnités de mutuelle ; 
    • sa pension de retraite ; 
    • etc.

      Pour plus d’informations, voyez notre fiche.
       
  • Les congés pour raison impérieuse : 10 jours par an, ou plus si une convention collective de travail prévoit plus de jours.  

    Le travailleur peut prendre ces congés, par exemple s’il doit rester à la maison pour s’occuper de son enfant. 
    Ces jours de congés ne sont pas rémunérés. 
    Pour plus d’informations, voyez notre fiche
     
  • Le congé parental : 4 mois par enfant et par parent, à prendre avant les 12 ans de l’enfant. En un coup ou en plusieurs fois, à temps plein ou à temps partiel. 

    Pendant ce congé, le travailleur reçoit des allocations de l’ONEM, à certaines conditions. 
    Pour plus d’informations, voyez notre rubrique.
     
  • Le crédit-temps pour s’occuper d’un enfant de moins de 8 ans : maximum 51 mois sur toute la carrière, à prendre par périodes de 3 mois minimum. 

    Le travailleur doit remplir certaines conditions, notamment une condition d’ancienneté. 
    Pendant le crédit-temps, le travailleur reçoit des allocations de l’ONEM, à certaines conditions. 
    Pour plus d’informations, voyez notre fiche.

Publié le 17 mars 2020. 

  ;