Coronavirus et vacances de printemps : congé ou chômage temporaire ?

Publié le 01 Avril 2020

Travail

Les vacances de printemps arrivent…  

Les travailleurs qui sont au chômage temporaire doivent-ils prendre congé ? 
Ou peuvent-ils rester au chômage temporaire ?  

 

  • Si le travailleur avait prévu de prendre congé, il doit les prendre.  
    Ces congés planifiés sont maintenus.
    L’employeur doit payer le travailleur pour ces jours de congés payés. 

    Mais l’employeur et le travailleur peuvent se mettre d’accord pour annuler ou reporter les congés planifiés.  
    L'employeur déclare le travailleur en chômage temporaire plutôt qu'en vacances.
    Donc: le travailleur peut annuler et reporter ses congés, si l'employeur est d'accord.

    Attention, si ce sont des congés planifiés et prévus par une fermeture d'entreprise obligatoire (congés pour tous les travailleurs en même temps), l’ONEM ne paye pas d’allocations de chômage temporaire pour ces jours de congés planifiés. 
     
  • Si le travailleur n’avait pas prévu de prendre congé, il n’est pas obligé de les prendre. 
     
  • Si l’employeur veut mettre un travailleur en chômage temporaire force majeure à partir des vacances, il ne peut pas obliger le travailleur à prendre d’abord : 
    • ses jours de congés ; 
    • ni ses récupérations pour heures supplémentaires. 

      Attention : si le travailleur est mis en chômage temporaire pour raisons économiques, il doit d’abord prendre ses récupérations pour heures supplémentaires. 
       
  • Si le travailleur prend volontairement ses jours de congés ou de récupération, il ne peut pas être mis en chômage temporaire. 

 

Pour plus d’informations voyez : 

 



Publié le 1er avril 2020. 

  ;