Inondations : prolongation du chômage temporaire

Publié le 19 Octobre 2021

Travail

Suite aux inondations de juillet, des travailleurs ne peuvent pas aller travailler. Ils ont droit au chômage temporaire pour force majeure. Cette mesure a été prolongée jusqu’au 31 décembre 2021.

 

1. Pour qui ?  

Le travailleur qui ne peut pas aller travailler parce que :  

  • son lieu de travail a été inondé ou détruit ;  
  • il a subi des pertes ou des dégâts sévères. Par exemple, il ne peut pas aller travailler parce qu’il cherche un nouveau logement, nettoie ou répare son logement, gère son dossier pour être indemnisé, etc.  

2. Conditions à remplir ?  

  • L'exécution du travail est totalement impossible. Cette condition n’est pas remplie si le travailleur peut faire du télétravail.  
  • L’exécution du travail est temporaire impossible. Cette condition n’est pas remplie si l’employeur décide de fermer pour toujours l’entreprise par exemple.  
  • Un travail de remplacement n’est pas possible. Par exemple, faire du rangement.  
  • Le travailleur n’avait pas déjà pris des jours de congés ou récupérations pour ces jours.  
  • Le travailleur n’a pas droit à un salaire pour ces jours

3. Comment le demander ?  

Le travailleur doit demander des allocations de chômage uniquement dans certains cas.  

Dans d’autres cas c’est automatique, pas besoin de demander des allocations.  

S’il doit demander des allocations, il doit compléter un formulaire et le remettre à son organisme de paiement (CAPAC ou syndicat).    

L'employeur doit aussi faire des démarches.  

Pour plus d’informations, voyez le site de l’ONEM ou contactez votre organisme de paiement.  

4. Autres solutions ?  

Le travailleur incapable d’aller travailleur peut :  

  • prendre un congé pour raisons impérieuses. Pour plus d’informations, voyez notre fiche ;    
  • prendre des jours de congés ou de récupérations s'il lui en reste ;  
  • prendre un congé de circonstance si un de ses proches est décédé. Pour plus d’informations, voyez notre fiche ; 
  • se mettre en incapacité de travail en cas de blessure, de choc émotionnel, etc. Pour plus d’informations, voyez notre rubrique