Coronavirus : comment demander l’aide du CPAS ?

Publié le 23 Mars 2020

Protection sociale

Plusieurs personnes se retrouvent sans revenus, ou avec moins de revenus, à cause du confinement. 

Des revenus de remplacement existent pour certains, à certaines conditions. Notamment : 

  • indemnités de mutuelle pour les personnes malades ; 
  • allocations de chômage temporaire pour force majeure. 
     

Mais si cela ne suffit pas ?  

Et pour les personnes qui ne remplissent pas les conditions de ces revenus de remplacement ? 

Ces personnes peuvent demander une aide du CPAS : 

  • un revenu d’intégration sociale (RIS) ; 
  • et/ou une aide sociale (par exemple une aide pour payer le loyer, une aide médicale pour payer les soins de santé, des repas livrés à la maison, etc.). 

Pour plus d’informations sur ces aides et les conditions pour y avoir droit, voyez notre rubrique « Aides du CPAS ». 

 

Mais comment demander une aide au CPAS, et comment le CPAS mène l’enquête sociale, avec les mesures de confinement ? 

Le SPP Intégration sociale donne des instructions aux CPAS. 

Elles sont disponibles sur le site du SPP Intégration sociale

En voici les grandes lignes. 

  • Les CPAS doivent continuer à tenir une permanence, pour recevoir les demandes. 
  • Les personnes peuvent aussi faire leur demande par téléphone ou par mail
  • L’assistant social mène l’enquête sociale sans rencontrer la personne, si c’est possible.  
  • Si l’assistant sociale doit rencontrer la personne, il lui fixe un rendez-vous et respecte les mesures de distance et d’hygiène. 
  • Les visites à domicile sont reportées si possible. Si une visite est nécessaire, l’assistant sociale fixe un rendez-vous. 
  • Les auditions peuvent se faire par vidéoconférence. 

Chaque CPAS décide des mesures à prendre, et de sa façon d’appliquer les instructions. 

En tout cas, le CPAS doit rendre une décision dans les 30 jours à partir de la demande. 

Le coronavirus et le confinement ne peuvent pas justifier un retard. 

Le CPAS ne peut pas refuser l’aide uniquement par manque d’informations sur la situation de la personne, à cause du confinement. 

 

Publié le 23 mars 2020. 

  ;