Il existe plusieurs systèmes d’aides à l’emploi :

  • plan formation insertion (PFI) ;
  • aides à la promotion de l’emploi (APE) ;
  • SESAM ;
  • Activa (Bruxelles) ou Impulsion (Région wallonne) ;
  • premiers engagements ;
  • programme de transition professionnelle (PTP) ;
  • etc.

Chaque contrat a ses caractéristiques, ses conditions et ses propres conséquences sur les droits du travailleur.

En général, ces systèmes d’aide à l’emploi offrent des avantages à l’employeur.
Par exemple, grâce au système APE, une partie du salaire du travailleur est payée par un subside APE et l’employeur doit payer moins de cotisations de sécurité sociale.

Le but est d’inciter les employeurs à engager certaines catégories de travailleurs comme les jeunes travailleurs, les demandeurs d’emploi, les travailleurs âgés, les travailleurs handicapés, etc.

Ces systèmes peuvent également avoir des conséquences sur les droits du travailleur. Par exemple, sur la durée de la période de préavis en cas de démission ou de licenciement.

Ces contrats spécifiques sont tous différents et leurs conséquences variées.

Pour plus d’informations, voyez :

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire