Nouveau et inédit : chômage temporaire Coronavirus 

Publié le 23 Mars 2020

Travail

Le Gouvernement a décidé de faire simple : tous les travailleurs empêchés de travailler à cause du Coronavirus, mais sans être malades, ont droit au chômage temporaire pour force majeure – motif coronavirus

L’ONEM ne fait plus la distinction entre chômage temporaire pour force majeure, et chômage temporaire pour raisons économiques. 

 

Des conditions moins strictes 

La notion de force majeure est plus large. 

Tous les cas de chômage temporaire liés au Coronavirus sont considérés comme du chômage temporaire pour force majeure – motif coronavirus. 

Peu importe la raison qui empêche le travailleur de travailler : 

  • travailleur bloqué à l’étranger ou mis en quarantaine par les autorités ; 
  • entreprise à l’arrêt (par exemple par manque de marchandises ou de clients) ; 
  • entreprise fermée (par exemple dans le secteur de l’Horeca, ou du spectacle) ; 
  • entreprise fermée car pas de tâches réalisables en télétravail, et pas de possibilité de respecter les règles de distanciation sociale ; 
  • travailleur obligé de rester à la maison pour garder ses enfants (pas de garderie à l’école, pas d’autre solution de garde que les grands-parents, et pas de télétravail possible) ; 
  • etc. 

Pour plus d’informations, voyez la page spéciale sur le site de l’ONEM – chômage temporaire coronavirus.

 

Des allocations payées par l’ONEM 

Pendant le chômage temporaire coronavirus, les travailleurs peuvent recevoir des allocations de chômage temporaire pour force majeure, payées par l’ONEM.  

Le travailleur y a droit même s’il n’a pas travaillé le nombre de jours suffisants pour avoir droit au chômage « classique ». 

Ces allocations sont de : 

  • 70 % du salaire moyen du travailleur (plafonné à 2.754,76 € brut par mois) ; 
  • + 5,63 EUR par jour (supplément payé par l’ONEM). 

Ces montants s’appliquent jusqu’au 30 juin 2020. 
L’ONEM retient 26.75 % pour le précompte professionnel. 
 

Attention : c’est toujours l’employeur qui décide de mettre un travailleur en chômage temporaire. 

Il doit faire certaines démarches, et le travailleur aussi. 

Ces démarches sont simplifiées pour la crise du coronavirus. 

Pour plus d’informations, voyez le site de l’ONEM : 

 

Attention : certains travailleurs sont incapables de travailler car ils sont atteints du Coronavirus. Dans ce cas, ils sont en incapacité de travail (maladie) et pas en chômage temporaire.  

Ils sont payés comme pour une autre maladie : 

  • 30 jours de salaire garanti payé par l’employeur ; 
  • indemnités de mutuelle ensuite. 

Pour plus d’informations, voyez notre rubrique

 

 

Publié le 23 mars 2020. 

  ;