Un des effets majeurs de la décision d’admissibilité est de suspendre toutes les voies d’exécution qui tendent au paiement des sommes d’argent (saisie, cession de rémunération, réalisation de gage, etc.).

Vos créanciers ne peuvent donc plus procéder à une saisie sur vos meubles ou sur votre salaire.

Mais attention :

  • Vous n’êtes pas protégé entre le moment du dépôt de la requête et la décision d’admissibilité.
  • Les voies d’exécution "non-financières", telles qu’un jugement d’expulsion ou une coupure d’électricité, peuvent être poursuivies.
  • Si un jour de vente a déjà été fixé pour la vente de votre mobilier ou d’un immeuble saisi, celle-ci peut, en principe, toujours avoir lieu. Dans ce cas, la vente a lieu mais l’argent ira sur le compte de la médiation.

Pour les dettes nées après la décision d'admissibilité (les nouvelles dettes), les saisies ne peuvent pas non plus être mises en oeuvre.

Si un créancier pratique encore une saisie après une décision d’admissibilité, il faut lui envoyer la décision et lui demander de rembourser les montants qu’il aurait saisis.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire