Quand peut-on considérer qu'un licenciement est abusif ?

1. Licenciement abusif pour certains ouvriers

Attention, depuis le 1er janvier 2018, les règles du licenciement abusif ne s'appliquent plus, suite à un arrêt de la Cour constitutionnelle.

Avant, elles s'appliquaient encore à certains ouvriers du secteur de la construction.

Depuis le 1er janvier 2018, pour tous les travailleurs du secteur privé, on applique les règles de la motivation du licenciement et l’interdiction du licenciement déraisonnable (prévues par la convention collective de travail (CCT) n° 109).

Pour plus d'informations, voyez les questions "L'employeur peut-il me licencier pour n'importe quelle raison?" et "L’employeur doit-il justifier la raison de mon licenciement ?"

2. Abus du droit de licencier

La jurisprudence et la doctrine ont élaboré la notion d’abus du droit de licencier, en appliquant la théorie générale de l’abus de droit.

Le principe est simple : un employeur ne peut pas abuser de son droit de licencier un employé.

Mais en pratique, c’est plus complexe, car l’abus de droit peut se manifester de différentes manières :

  • une intention de nuire ;
  • un motif de licenciement inexact (par exemple licenciement pour incompétence alors que l’incompétence du travailleur n’est pas prouvée) ;
  • une absence de motif (licenciement sans raison, non justifié) ;
  • un licenciement accompagné d’injures, de violences, ou d’insinuations sur l’honnêteté du travailleur, etc. ;
  • un licenciement détourné de sa raison sociale ou économique (par exemple, parler de difficultés financières pour justifier le licenciement alors que l'entreprise n'a pas de problèmes financiers).

Concrètement, si vous vous faites licencier, vous devez prouver:

  • que votre employeur a commis une faute en vous licenciant;
  • et que vous avez subi un dommage;
  • et qu’il y a un lien causal entre cette faute et votre dommage.

Cette preuve n’est pas toujours facile à apporter.

Si vous êtes syndiqué, votre syndicat peut pour vous aider dans ces démarches.

En résumé:

  • Licenciement manifestement déraisonnable → motifs du licenciement
  • Abus du droit de licencier → circonstances du licenciement
  • Licenciement abusif → ne s'applique plus depuis le 1er janvier 2018
Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Accueil