Non.
 
Vous ne pouvez jamais vendre ni louer l'immeuble qui sert de résidence familiale, sans l'accord de l'autre cohabitant légal.
 
C'est une conséquence de la cohabitation légale : le logement familial est protégé.  
 
Aucune décision ne peut être prise par l'un des cohabitants, sans l'accord de l'autre, à propos:
 
  • de l'immeuble qui abrite la famille;
  • et des meubles qui s'y trouvent.
Donc, il faut votre accord à tous les 2 pour:
  • mettre cet immeuble en vente ou en location (même si un seul de vous est propriétaire de l'immeuble);
  • mettre fin au contrat de bail :
    • vous devez tous les 2 signer le préavis ;
      ou
    • le recevoir tous les 2 du propriétaire ;
      ou
    • être tous les 2 concernés par un jugement du juge de paix.
Si l'un des cohabitants légaux prend une décision sans l'accord de l'autre, l'autre peut demander au tribunal de la famille d'annuler cette décision.

 

Cette protection prend fin dès qu'il est mis fin à la cohabitation légale.

 

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire