Avant d’aller plus loin

Cette fiche ne contient que les informations générales.

Vous pouvez contacter plusieurs services pour plus de détails :

Oui, si votre employeur est d’accord.

On parle d’horaire flexible, « à la carte ».

A ne pas confondre avec l’horaire variable (qui vise les travailleurs dont les horaires varient régulièrement, parce que la nature de leur travail ne permet pas un horaire fixe et déterminé à l’avance).

En principe, vos horaires de travail sont inscrits dans votre contrat de travail, et vous devez les respecter. Vous devez essayer de programmer vos réunions et rendez-vous professionnels pendant vos horaires de travail.

Mais parfois cela n’est pas possible, ou parfois votre employeur vous demande de venir à un autre moment que ce qui est prévu selon votre horaire normal.

On admet alors une certaine flexibilité.
Vous pouvez par exemple être autorisé à travailler le vendredi plutôt que le lundi qui suit, ou à travailler une semaine entière pour prendre ensuite une semaine de vacances, etc.

Attention, pour des questions d’assurance et de contrôle social, il y a une démarche administrative à faire.
Vous devez signaler, à l’avance et par écrit, sur un document prévu par votre employeur ou par le service du personnel, le ou les jours que vous ne presterez pas et le ou les jours que vous presterez en remplacement.

Ce document peut être papier ou électronique (par exemple s'il y a un système de pointage dans l'entreprise).

Vérifiez également si l’assurance de votre employeur vous couvre pour les jours de travail prestés en dehors de vos horaires ordinaires.

Pour plus d'informations, voyez le site internet du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire