Uniquement à certaines conditions.

En principe, le CDD se termine à la date prévue, pas avant.

Mais il y a des exceptions.

  • D'abord, le CDD peut prendre fin comme le CDI pour :

    • motif grave ;
    • force majeure ;
    • décès du travailleur ;
    • commun accord entre employeur et travailleur.
       
  • En dehors de ces cas, celui qui met fin au CDD avant la date prévue doit en principe payer une indemnité de rupture.

    Cette indemnité est égale à la rémunération qui devrait encore être payée si le CDD se poursuivait jusqu’à la date prévue.
    Mais il y a un maximum : cette indemnité ne peut pas dépasser le double de la rémunération correspondant à la durée du préavis qui devrait s’appliquer si le contrat était un CDI.
    On calcule la durée du préavis selon les nouvelles règles applicables depuis le 1er janvier 2014.

Par exemple, un CDD d'1 an a été conclu le 1er janvier 2021. L'employeur ou le travailleur rompt le contrat le 1er août 2021.

En principe, il doit payer une indemnité de rupture égale à 5 mois de rémunération. Mais il y a un maximum :

  1. l'employeur met fin au contrat de travail : si le contrat avait été un CDD, l'employeur aurait dû prester un préavis de 6 semaines. Donc, il ne devra payer que 12 semaines d'indemnité (6x2) ;
  2. le travailleur rompt le contrat de travail : si le contrat avait été un CDD, le travailleur aurait dû prester un préavis de 3 semaines. Donc, il ne devra payer que 6 semaines d’indemnité (3x2).

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire