Oui, si une convention collective de travail (CCT) sectorielle impose aux employeurs qui sont liés par cette CCT d'accorder des chèques-repas à leurs travailleurs.

Les chèques-repas peuvent aussi être prévus par une convention d’entreprise, conclue avec la délégation syndicale.
S'il y a une convention d'entreprise, l’employeur doit la respecter et donner des chèques-repas.

Si rien n’est prévu, l’employeur peut choisir de les donner ou non.

S'il n'y a pas de CCT et ni de convention d’entreprise, les chèques-repas peuvent être prévus dans le contrat de travail.
Mais l’employeur n’est pas légalement obligé de vous accorder cet avantage.

A vous de négocier !

L'employeur décide le montant des chèques-repas, en principe.
La valeur d’un chèque-repas est généralement de 8 EUR.

Mais attention, une partie de ce montant (environ 1 EUR par chèque-repas en général) est déduite de votre salaire.

Attention, pour que les chèques-repas soient un avantage (pas de cotisations sociales à payer ni d'impôts), il faut respecter certaines conditions, notamment de montant.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire