Cela dépend de votre situation... et des CPAS.

Si le CPAS estime que votre désir d’autonomie n'est pas une réelle nécessité mais plutôt un "caprice", et si vos parents sont encore d'accord de vous accueillir chez eux, le CPAS peut légitimement considérer que vous vous mettez volontairement dans un état de besoin.
Il peut alors refuser de vous aider, ou en tout cas vous demander de vous adresser à vos débiteurs alimentaires (ici vos parents).

Si par contre le CPAS estime que vous avez été véritablement contraint de quitter la maison de vos parents, il doit vous aider.
Par exemple, si vous avez quittez la maison de vos parents suite à une situation de crise importante, ou parce que vos parents ne peuvent plus vous héberger dans des conditions matérielles acceptables.

Ces éléments sont souvent difficiles à apprécier.

Certains CPAS aident le jeune s'il est venu expliquer sa situation avant de quitter la maison de ses parents, et si cette prise d'autonomie est nécessaire.

Renseignez-vous auprès de votre CPAS, avant de quitter la maison de vos parents.
Il peut vous donner un accord de principe, et s'engager à vous aider si vous quittez la maison de vos parents.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire