Avant d’aller plus loin

Attention, cette fiche ne concerne que les travailleurs salariés.

Les règles sont totalement différentes pour les travailleurs du secteur public (fonctionnaires).

En principe, non.

La loi ne prévoit pas de congé d’allaitement pour les travailleuses qui n’effectuent pas un travail à risque.

Mais votre entreprise peut avoir signé une convention collective de travail (CCT) qui prévoit ce congé d’allaitement.
Si c’est le cas, vous devez vérifier que votre employeur est d’accord de vous l’octroyer.

Pendant ce congé, vous ne recevez pas d’indemnité de la sécurité sociale, et généralement pas non plus de salaire.
En effet, même si cet avantage est prévu par certaines CCT, c’est souvent un avantage non rémunéré.

Si aucun congé d’allaitement n’est prévu dans une CCT, vous pouvez négocier un congé sans solde avec votre employeur.

L'employeur peut refuser de vous l’accorder. La durée du congé est également à négocier et à définir de commun accord, entre vous et votre employeur.

Attention, pendant ce congé sans solde, vous ne cotisez pas pour la sécurité sociale.
Vos droits sociaux (par exemple des indemnités de la mutuelle si vous tombez malade) sont donc limités.

Vous pouvez payer une "cotisation d’assurance continuée" pour garder votre droit au remboursement des soins de santé par la mutuelle.
Renseignez-vous auprès de votre mutuelle.

Pour plus d'informations, voyez le site de l'INAMI.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire