Que se passe-t-il si je paie en retard ou ne paie pas le précompte immobilier en Wallonie ?

Si vous payez en retard votre précompte immobilier, soit au-delà des 2 mois après l’envoi de l’avertissement-extrait de rôle, des intérêts de retard vont vous être comptés. Ces intérêts courent à partir du 1er jour du mois qui suit l'échéance du paiement du précompte.

Le taux d'intérêt annuel est de 4 % pour les années 2018 et 2019. Il était fixé à 7% de 2009 à 2017. Il se calcule par mois de retard. Tout mois entamé est pris en compte.

Exemple : Vous deviez payer 1.800 EUR de précompte pour le 21 avril 2017.Vous payez le 20 janvier 2018.
L'intérêt est compté sur 9 mois (les mois de mai 2017 à janvier 2018).
Les intérêts s'élèvent donc à :

  • 1.800 EUR x 7 % x 8/12e, soit 84 EUR pour 2017;
  • 1.800 EUR x 4 % x 1/12e, soit 6 EUR pour 2018;

Donc, un total de 90 EUR d'intérêts de retard.


Si l'intérêt de retard n'atteint pas 5 EUR par mois, il n'est pas dû. Donc :

  • si vous avez des impôts restés impayés entre 2009 et 2017, vous vous ne devez pas d'intérêts de retard pour cette période si le montant des impôts restant est inférieur à 860 EUR;
  • si vous avez des impôts restés impayés en 2018 et/ou en 2019, vous vous ne devez pas d'intérêts de retard pour cette période si le montant des impôts restant est inférieur à 1500 EUR.

Si vous ne payez pas, vous risquez des poursuites par l'administration fiscale. Pour parvenir à vous faire payer votre précompte, elle dispose de moyens d'actions efficaces : saisie de vos meubles, saisie sur une partie de vos revenus, saisie de votre immeuble, etc.

L’administration fiscale se délivre son propre titre exécutoire de recouvrement : le rôle. Pas besoin donc pour elle de passer par les tribunaux pour vous faire payer.

Préalablement à toute saisie, l'administration fiscale va vous envoyer au minimum un rappel ou une sommation de payer.

Le receveur peut également affecter des remboursements d’impôts auxquels vous auriez droit au paiement de votre dette de précompte immobilier.

Pour toute contestation relative à la manière dont l'administration fiscale a mené ses poursuites, vous pouvez vous adresser au juge des saisies.

x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Accueil