Lorsqu’il n’y a pas d’état de lieux et si votre bail est postérieur au 31 décembre 1983, vous êtes présumé avoir reçu le bien loué dans l'état où il se trouve lorsque vous le restituez. Cette présomption s'applique même si votre contrat contient la clause : "l'immeuble est en bon état d'entretien". Ces clauses ne sont  pas valables.

Cette présomption vous est favorable, en tant que locataire.

Si votre propriétaire estime qu'il y a des dégâts, il peut tenter de rapporter la preuve, par tout moyen, que cet état était différent à l'entrée. Il peut par exemple présenter des factures de travaux de rénovation effectués avant votre entrée dans les lieux, l’état des lieux de sortie réalisé avec le précédent locataire, des photos, etc.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire