1. Vous pouvez informer votre entourage (famille, école, etc.) de vos craintes.

2. Vous pouvez demander à un juge de limiter le droit d'hébergement de l'autre parent.

C'est en principe au tribunal de la famille qu'il faut s'adresser. En cas d'urgence, adressez-vous directement au juge des référés.

Le juge peut :

  • limiter le droit d'hébergement au territoire belge (et donc interdire que l'enfant sorte de la Belgique) ;
  • imposer que le droit d'hébergement s'exerce sous surveillance ;
  • supprimer le droit d'hébergement du parent susceptible d'enlever l'enfant ;
  • ordonner qu'aucun passeport ne soit délivré pour l'enfant pendant un certain délai, ou que le passeport vous soit remis.

Vous devez prouver la réalité de vos craintes d'enlèvement. Par exemple par :

  • des tentatives d'enlèvement déjà commises ;
  • des menaces ;
  • des témoignages de personnes dans la confidence ;
  • des "préparatifs", comme des échanges de mails suspects, une réservation de titres de transport sans avertissement, etc. ;
  • etc.

Cela peut être compliqué. N'hésitez pas à vous faire aider par un avocat.

La décision du juge ne vous met pas totalement à l'abri d'un enlèvement de la part de l'autre parent. Mais cette décision peut servir à faire pression.
De plus, en cas d'enlèvement, ce jugement peut être plus ou moins facilement reconnu et exécuté à l'étranger, selon l'Etat dans lequel l'enfant est emmené.

3. Vous pouvez demander à la commune de ne pas délivrer de passeport ou de carte d'identité, pour votre enfant mineur, à l'autre parent, sans votre autorisation préalable.

Toutes ces démarches n'empêcheront pas d'office l'enlèvement, mais elles peuvent être utiles.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire