Qui doit payer les frais de justice (dépens) ?

Avant d'aller plus loin

Attention de ne pas confondre :

  • Les frais liés au fonctionnement de la justice (frais de justice), que vous devez avancer pour votre procès : les frais d’inscription au tribunal (mise au rôle), les frais d’huissier de justice pour introduire l’affaire, les frais d'expertise en cours de procédure, etc.
  • Les frais de défense (frais et honoraires d'avocat) : les frais liés aux services de votre avocat.

A la fin de la procédure, le juge détermine qui doit payer les frais de justice, appelés frais et dépens.

 

En principe, la partie qui a perdu le procès doit payer les dépens, sauf si la loi prévoit autre chose. Si vous gagnez le procès, vous pouvez donc récupérer tous les frais que vous avez payés durant le procès. Mais la décision dépend du juge.

En plus des frais de justice, le perdant doit payer une indemnité de procédure.  C'est un forfait, dont le montant dépend du montant du litige. Cette indemnité est destinée à couvrir les frais et honoraires d'avocat de la partie gagnante. Toutefois, les montants prévus sont malheureusement insuffisants pour couvrir les frais et honoraires réellement payés.

 

Mais ce n'est pas toujours le perdant qui paie.

  • Les parties peuvent se mettre d’accord et répartir les frais entre elles.
  • Le juge peut compenser les frais et dépens, ou les partager. C'est le cas lorsqu’il n’y a pas de véritable perdant, ou lorsque les parties ont un certain lien de parenté (conjoints, ascendants, frères et sœurs, etc.).
    • On parle de compenser les frais et dépens, lorsque chaque partie doit payer les frais qu’elle a payés pendant le procès.
    • On parle de partager les frais et dépens, lorsque les parties payent chacune une proportion des frais de justice.

      Notez que tous ces frais ne peuvent être récupérés (recouverts) que dans la mesure de la solvabilité du débiteur. S'il n'a pas les moyens de les payer, il est insolvable.

 

Retour à l'arborescence

©Droits Quotidiens asbl

Ces questions réponses constituent une source d'information générale. Leur exploitation de manière indépendante doit faire l'objet de la plus grande prudence. Il est vivement conseillé de vérifier l'applicabilité au cas spécifique.

x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.