Peut-on m’interdire d’écouter ma musique avec le volume au maximum ?

Oui. Vous ne faites pas le bruit que vous voulez, même si vous êtes chez vous.

Au niveau pénal, si vous faites du bruit la nuit et dérangez la tranquilité de vos voisins vous commetez une infraction: le tapage nocturne.

Les règlements communaux prévoient souvent, en plus, une amende pour tapage nocturne (bruit durant la nuit) et/ou pour tapage diurne (bruit excessif durant la journée).

Au niveau civil, toute personne qui génère un bruit excessif peut être sanctionnée. La vie en communauté implique le respect de règles. La tranquillité des voisins en fait partie. Il s’agit de respecter l’équilibre entre vos droits (par exemple celui d’écouter de la musique) et le droit du voisin (celui de profiter de son jardin dans le calme). Le voisin qui trouble le droit de l’autre peut être condamné à le dédommager financièrement ou à cesser le trouble sous peine d’astreinte, etc.

Le principal problème en matière de nuisance sonore est de prouver l’existence du bruit. Des plaintes, des témoignages, des constats de police ou d’huissiers à l’aide d’un sonomètre peuvent servir de preuves devant le juge de paix.

Pour vous donner une indication sur le "volume" du bruit accepté, on considère généralement qu’au-delà de 70 décibels, un bruit est nuisible.

Par exemple, une conversation à voix basse fait 30 Db, un aboiement 85 dB et une tondeuse à gazon 90 dB.

Oui. Vous ne faites pas le bruit que vous voulez, même si vous être chez vous.

Toute personne qui génère un bruit excessif peut être sanctionnée. La vie en communauté implique le respect de règles, la tranquillité des voisins en fait parties. Il s’agit ici de respecter l’équilibre entre vos droits (par exemple celui d’écouter de la musique) et le droit du voisin (celui de jouir de son jardin).

L’utilisation excessive d’un droit peut être sanctionnée par le juge. Le voisin qui trouble le droit de l’autre peut être condamné à le dédommager ou à cesser le trouble sous peine d’astreinte, etc.

Le principal problème en matière de nuisance sonore est de prouver l’existence du bruit. Des plaintes, des témoignages, des constats de police ou d’huissiers à l’aide d’un sonomètre peuvent servir de preuves devant le juge de paix. 

Pour vous donner une indication sur le ‘volume’ du bruit accepté, on considère généralement qu’au-delà de 70 décibels, un bruit est nuisible.
A titre d’exemple, une conversation à voix basse fait 30 Db, un aboiement 85 dB et une tondeuse à gazon 90 dB
Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Accueil