Peut-on me sanctionner si j’ai conduit après avoir bu de l’alcool ?

Cela dépend du taux d’alcool dans votre sang (on parle d’intoxication alcoolique) et de votre état d’ivresse.

En principe, boire une bière « ne vous met pas dedans »... sauf si vous avez bu une spéciale très corsée !

Pour savoir s’il y a infraction, on mesure votre taux d'imprégnation ou d’intoxication alcoolique, par un test objectif et scientifique.

Vous êtes sanctionné si vous avez au moins :

  • 0,5 grammes d’alcool par litre de sang si on mesure votre imprégnation alcoolique dans votre sang (par une prise de sang et une analyse sanguine);
  • ou 0,22 mg d'alcool par litre d'air si on mesure votre imprégnation alcoolique dans votre haleine (le fameux test pour lequel il faut souffler).

Mais les sanctions (principalement amende et retrait de permis) s’aggravent selon la concentration d’alcool dans votre sang.

En plus de votre intoxication alcoolique, les policiers peuvent contrôler votre état d’ivresse.
Cette notion est subjective, et se vérifie par des signes tels que désorientation, perte d’équilibre, paroles incohérentes, vomissements, agressivité, etc.
Par exemple, le conducteur bredouille, titube, a une mauvais orientation dans le temps et l’espace, sent l’alcool, a les pupilles dilatées, etc.

L’état d’ivresse est un état d’incapacité dû à l’absorption d’alcool, mais indépendant du taux d’alcool. Selon leur corpulence et leur physiologie, certaines personnes sont en état d’ivresse sans avoir consommé énormément d’alcool, alors que d’autres peuvent boire beaucoup avant d’atteindre l’état d’ivresse.

Si l’état d’ivresse est constaté, votre dossier est envoyé au tribunal de police, et les sanctions peuvent être plus lourdes.
Vous risquez un retrait de permis pendant au moins un mois, et vous devez repasser un examen médical et un examen psychologique pour le récupérer.

Si vous êtes reconnu en état d'ivresse, votre assurance peut se retourner contre vous, et vous demander de lui rembourser ce qu'elle a dû payer pour vous.

Attention, les taux d'alcool dans le sang ou dans l'haleine sont plus sévères pour certains conducteurs, notamment les conducteurs de camions ou de véhicules transportant des personnes (autobus, etc.).

Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Accueil