Non.

Tant que l'enfant est mineur (moins de 18 ans), il ne peut pas décider seul chez quel parent il veut vivre.

Mais il peut donner son avis. Quel que soit son âge, l'enfant a le droit d'être entendu par le juge.

1. Si l'enfant a moins de 12 ans, il faut que quelqu'un demande qu'il soit entendu :

  • soit l'enfant lui-même ;
  • soit ses parents ;
  • soit le ministère public ;
  • soit le juge de la famille.

S'il y a une demande d'audition, le juge doit entendre l'enfant. Seule exception: si la demande vient des parents et si le juge estime que ce n'est pas opportun, alors il peut refuser d'entendre l'enfant.

L'enfant peut toujours refuser d'être entendu.

2. Si l'enfant a plus de 12 ans, le juge lui envoie d'office un formulaire expliquant qu'il a le droit d'être entendu. L'enfant peut refuser, ou accepter. Si l'enfant complète le formulaire en demandant d'être entendu et le renvoie, le juge doit l'entendre.

L'enfant est alors entendu par le juge, dans son bureau, et sans ses parents en principe. Mais dans certains cas, le juge peut décider d'entendre l'enfant en présence d'une ou plusieurs autres personnes.

Le greffier rédige un rapport de l'audition, que les autres parties (parents, ministère public) peuvent lire.

Dans tous les cas, le juge n'est pas obligé de suivre l'avis de l'enfant, mais il doit en tenir compte pour prendre sa décision.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire