Sur base de certaines considérations médicales, le tribunal de la jeunesse peut décider d’imposer au jeune de suivre un traitement dans un centre de santé mentale, dans le service d’éducation sexuelle d’un centre de planning familial ou dans un centre d’aide sociale, selon la problématique rencontrée. Par exemple, si le jeune connaît une dépendance au cannabis, le juge de la jeunesse pourrait lui imposer de consulter un psychologue ou un médecin afin de mettre fin à cette dépendance. S’agissant d’un traitement…

La suite de ce contenu est réservée aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour visualiser la réponse complète :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire