Le tribunal de la jeunesse peut estimer qu’il est de l’intérêt du jeune de le laisser dans son milieu familial de vie, tout en le surveillant et en lui prodiguant certains conseils. Dans ce cas, il prononce une mesure de surveillance, qui sera le plus souvent assurée par le Service de Protection Judiciaire (SPJ). S’il estime que l’accompagnement doit être intensif, le tribunal de la jeunesse peut également désigner un éducateur référent qui accompagne le jeune durant la durée qu’il…

La suite de ce contenu est réservée aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour visualiser la réponse complète :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire