Je travaille dans un CPAS, dois-je communiquer spontanément au procureur du Roi des soupçons de radicalisation ou de terrorisme ?

Uniquement à certaines conditions. Vous pouvez communiquer uniquement des indices sérieux d’une infraction terroriste. Il faut qu’il s’agisse d’une des infractions terroristes (définies à l’article 137 du Code pénal). Cela concerne notamment des homicides, coups et blessures, fabrications d’armes, etc., dans le but d’intimider gravement une population ou les pouvoirs publics. La tentative d’infraction terroriste est inclue dans cette définition, mais pas le proce...

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Retour à l'arborescence Accueil