Est-ce toujours le père qui demande les allocations familiales ?

Avant d'aller plus loin

Une réforme des allocations familiales est en cours.

Pour plus d’informations, voyez la fiche « Qu’est-ce qui change avec la réforme des allocations familiales ? ».

Pas nécessairement.

Depuis le 1er janvier 2019, on a supprimé la notion d'attributaire (= la personne qui ouvre le droit aux allocations familiales).
On a donc supprimé le lien entre les allocations familiales et le statut professionnel du parent qui ouvre le droit aux allocations familiales.

C'est l'enfant qui ouvre son droit aux allocations familiales.

Tout enfant domicilié en Wallonie (donc pas en Flandre, ni à Bruxelles, ni en Communauté germanophone) a droit aux allocations familiales dans le système wallon.

Les allocations familiales sont payées à la personne qui élève l'enfant.

Cette personne peut demander les allocations familiales pour l'enfant.

Généralement, on suit l’ordre de priorité suivant :

  1. le père ;
  2. la coparente (couple lesbien) si elle est plus âgée que la mère ;
  3. la mère ;
  4. le beau-père (second mari de la mère) ou la belle-mère (seconde épouse du père) ;
  5. le plus âgés des parents adoptifs s'ils sont du même sexe (couple homosexuel) ;
  6. la plus âgée des personnes suivantes :
  • le partenaire du père ou de la mère ;
  • un des grands-parents s’il fait partie du ménage ;
  • un oncle ou une tante s’il fait partie du ménage ;

      7. un (demi-)frère ou une (demi-)sœur de l’enfant, même s’ils ne font pas partie du même ménage.

Pour plus d'informations, voyez le site FAMIWAL.

Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Accueil