Doit-on signer un pacte de colocation ?

Avant d'aller plus loin

Attention !

A partir du 1er septembre 2018, en Wallonie, de nouvelles règles s’appliquent aux contrats de bail qui portent sur une habitation.

Le contenu de notre site internet n’est pas encore à jour. Il ne tient pas compte de ces changements. Nous mettons tout en œuvre pour mettre nos fiches à jour le plus vite possible.

Les colocataires ne sont pas obligés de signer un pacte de colocation.

Il est toutefois vivement conseillé de définir clairement dans un document écrit les engagements et devoirs de chacun au sein de la colocation.

Ce pacte de colocation peut avoir la valeur d’un véritable contrat si:

  • il est daté et signé par chacun,
  • il contient l’identité des personnes qui s’engagent à le respecter,
  • et il est fait en autant d’exemplaires qu’il y a de signataires.

Ce pacte peut servir de rappel à l’ordre en cas de non-respect de ses obligations par un des colocataire. Le docuement peut aussi servir de preuve en cas de conflit plus important. Grâce au pacte, un lien juridique est créé entre les colocataires. Ceux-ci peuvent plus facilement obtenir le remboursement d’une dette en justice ou l’exécution d’une obligation.

De plus, ce type d’accord est très utile si tous les membres de la colocation n’ont pas signé le contrat de bail avec le propriétaire ou les contrats liés aux fournitures d’énergie. En effet, il est souvent difficile de réclamer l’exécution d’une obligation lorsque la personne n’est pas liée par un contrat. Le pacte permet donc de prévoir la répartition des obligations, notamment financières, entre les différents colocataires.

Vous trouverez un modèle de pacte de colocation dans les documents types.

 
Retour à l'arborescence
x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.

Accueil