Avant d’aller plus loin

Avant de vous poser la question du permis unique, vérifiez si vous avez une dispense d’autorisation de travail (en fonction de votre carte de séjour ou de votre profil professionnel).

Depuis janvier 2019, le permis unique limité remplace en grande partie l’ancien permis de travail B.
Le permis unique illimité remplace l’ancien permis de travail A.

Oui.

La démarche est la suivante.

  1. Vous signez un contrat de travail avec votre employeur.
    Dans le contrat, vous indiquez à partir de quand vous commencez le travail.
    Vous utilisez le modèle de contrat de travail de la région compétente :
  • de la Région Wallonne si le siège social de l’entreprise se trouve en Wallonie.
    Attention ! Le contrat est de maximum 1 an.
  • de la Région de Bruxelles capitale si le siège social de l’entreprise se trouve en région de Bruxelles.
  1. Votre employeur doit faire la demande du permis unique auprès de la région compétente.
    Il doit remplir le formulaire type qui se trouve sur le site internet de la région.
    Il doit également joindre les documents concernant :
  • l’autorisation de travail ;
  • l’autorisation de séjour.

Vous devez envoyer les documents originaux qui vous concernent à votre employeur en Belgique pour qu’il puisse les joindre à la demande. Il s’agit d’une copie de votre passeport, d'un certificat de bonne vie et mœurs, d'une copie de votre diplôme etc.


Pour des documents établis à l’étranger, vérifiez s’ils doivent être traduits et/ou légalisés par l’ambassade ou le consulat de Belgique à l’étranger.
Faites attention que votre demande soit complète. En effet, si vous devez régulariser un demande incomplète votre délai sera très court !

  1. Une fois que le dossier est déclaré complet, la Région et l’Office des étrangers ont 4 mois pour prendre une décision.
    Si aucune décision n’est prise dans ce délai, le permis unique doit vous être délivré.

Attention, vous ne pouvez pas travailler tant que l’employeur n’a pas reçu l’autorisation préalable.

Si vous travaillez, vous risquez de recevoir une décision négative, avec comme motif de refus : le travail clandestin.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter :

Le contenu ci-dessus est réservé aux abonnés de Droits Quotidiens.

Pour le visualiser :

Pas encore abonné ?

Renseignez-vous sur les abonnements disponibles.

Découvrir les services

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0) Pour en savoir plus sur les Creative commons cliquez sur l’image

Ce contenu pourrait également vous plaire