Quelle est la formule de crédit hypothécaire la plus avantageuse ?

 

Cela dépend. Il n’y a pas de formule miracle.

 

C’est à vous de déterminer le montant du crédit suivant votre budget, vos fonds propres et la valeur du bien immobilier. Dans le cas d’un crédit hypothécaire classique, vous pouvez obtenir en principe un crédit jusqu’à 125% de la valeur de vente du bien.

Ainsi, par exemple, si l’immeuble est estimé à 100.000 € et ses travaux de rénovation à 50.000 €, vous pourrez obtenir un crédit d’une valeur de 187.500 € maximum.

 

Vous fixez également librement la durée du crédit. Actuellement, la tendance est à l’allongement de la durée des crédits qui peuvent courir sur 30 ans.

 

Bien évidemment, le banquier à qui vous vous adressez ne manquera pas de vous donner des conseils très utiles.

 

Cependant, ne perdez pas de vue que le remboursement mensuel peut absorber une grande partie de vos revenus. Ainsi, pour vous garantir un train de vie confortable, il est préférable de limiter la charge mensuelle totale de votre crédit (capital, intérêts, primes d’assurance) à 1/3 de vos revenus mensuels. Il est donc important de partir sure les bases d’un budget réaliste.

 

Il existe principalement trois manières de rembourser le capital que vous avez emprunté :

 

  1. Remboursement par amortissement du capital

C’est le mode de remboursement le plus répandu. Vous versez mensuellement pendant la durée du crédit des sommes destinées à rembourser petit à petit le capital emprunté. Comme les intérêts sont recalculés périodiquement et que le capital diminue en fonction des versements effectués, les intérêts diminuent aussi.

Ce remboursement de capital est appelé "amortissement". Il doit être effectué selon un plan fixé au début du contrat.

Il peut s’effectuer :

  • par mensualités constantes : chaque mois, vous versez ainsi une même somme comprenant une partie en intérêts et une partie en capital. La partie en intérêts est importante en début de contrat mais elle décroît alors que la partie en capital progresse au fil du temps.
  • par amortissements mensuels constants. chaque mois, vous remboursez une fraction fixe du capital prélevé ainsi que les intérêts sur le solde restant dû de la dette en capital. Cette formule qui rembourse plus rapidement le capital est la plus avantageuse mais elle entraîne une charge plus lourde en début de crédit.

 

  1. Remboursement par reconstitution du capital

Dans ce type de contrat, les versements que vous effectuer ne diminuent pas directement le capital prêté. Les intérêts restent donc toujours dus sur le montant total du capital.

Vos versements vont alimenter un contrat adjoint : contrat d’assurance vie, contrat de capitalisation ou autre forme d’épargne.

Ils vont ainsi eux-mêmes porter intérêt à un taux convenu, généralement différent du taux d’intérêt du crédit. Ainsi, au terme du crédit, la somme de ces versements augmentée des intérêts capitalisés qu’ils auront produits sera égale au montant du capital prêté.

C’est normalement par la compensation entre ces deux capitaux que s’opére le remboursement du crédit au terme de celui-ci.

Généralement, le contrat adjoint est un contrat d’assurance mixte sur la vie (branche 21) ou un contrat d’assurance de capitalisation lié à un fonds d’investissement (branche 23) ou encore un contrat de capitalisation comparable à des bons de caisse (branche 26).

Retour à l'arborescence

©Droits Quotidiens asbl

Ces questions réponses constituent une source d'information générale. Leur exploitation de manière indépendante doit faire l'objet de la plus grande prudence. Il est vivement conseillé de vérifier l'applicabilité au cas spécifique.

x

La suite de ce contenu est réservé aux affiliés de Droits Quotidiens. Pour visualiser une réponse complète, actualisée et claire, veuillez vous connecter ou demander vos accès.

Déjà affilié ?

Pas encore affilié ?

Obtenez la réponse complète en 2 clics.